Simon Bründler dit NON à l'initiative pour une 13e rente AVS

Aide maintenant ! C'est aussi simple que ça (20 sec)

1.  Cliquez sur le bouton et complétez la Carte des Supporters
2. Votre carte sera activée et ajoutée ici sur la page

Seulement si nous sommes nombreux, nous aurons ainsi une voix forte ! Aidez-nous à donner un signal clair.

ZH
Active Supporter
Simon Bründler

Simon Bründler

Verbandssekretär/Student, HAW/ZHAW
Vizepräsident Die Mitte Stadt Winterthur, Le Centre

Die Initiative benachteiligt die junge Generation, indem allen Pensionierten, unabhängig von Bedarf, eine Rentenerhöhung gewährt wird. Die Einführung einer 13. AHV-Rente belastet den Mittelstand mit höheren Steuern und Abgaben, besonders für Familien und Wirtschaftsschwächere. Eine gezielte, differenzierte Unterstützung ist nötig, um Bedürftige zu fördern, ohne die Wirtschaft und den Mittelstand zu belasten.

Devenir supporter

0 Supporters rassemblés

Ajoutez simplement votre déclaration

1. Wähle ein Statement oder verfasse dein eigenes:

2. Saisissez vos informations d'expéditeur :

Extensions autorisées: jpg jpeg png gif. Maximum size: 5 Mo

Vote dimanche

2024-03-03T12:00:00
Jours
Heures
Minutes
Secondes

Pourquoi rejoindre

Le 3 mars 2024, nous voterons sur l'initiative qui veut accorder une 13e rente AVS à tous les retraités. Ce texte demande précisément d’augmenter les rentes AVS de 8,3 pour cent, ce qui équivaut à une rente supplémentaire par an. Et ceci alors que l’AVS sera à nouveau dans les chiffres rouges à partir de 2030, malgré le relèvement de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans et l’augmentation de 0,4% de TVA à partir de 2024 (qui passera ainsi de 7,7 à 8,1%).

L’initiative pour une 13e rente rajouterait 5 milliards de coûts supplémentaires par année (estimation pour 2032). L’initiative ne dit pas comment ces coûts devraient être financés. Dans leurs déclarations, les auteurs de l’initiative ont notamment dit qu’il fallait utiliser les bénéfices de la BNS (132 milliards de pertes en 2022 !). Comme ce n’est pas possible, le financement se fera forcément par une hausse des cotisations salariales ou de la TVA. Ce qui signifie des prix plus élevés pour les biens et les services ou moins de salaire pour les travailleurs. Au final : moins d'argent dans le porte-monnaie.

Le Conseil fédéral et le Parlement rejettent l'initiative. La priorité actuelle est de stabiliser financièrement l'AVS afin que les générations futures puissent, comme les rentiers actuels, bénéficier de rentes sûres. L'initiative réduirait à néant les efforts déjà consentis et pousserait l’AVS dans les chiffres rouges. NON À LA 13E RENTE AVS !

Nos déclarations

Devenir supporter