Impôt anticipé: la Suisse accuse un gros retard

Kevin -  Kampagnenteam
Kevin - Kampagnenteam
30 May 2022 Temps de lecture: 1 minute
Image
Inserat
Mesuré à l’aune du produit intérieur brut, le marché obligataire du Luxembourg est 190 fois plus important que celui de la Suisse. Ce retard considérable s’explique très simplement: en raison de l’impôt anticipé prélevé en Suisse, les transactions se font à l’étranger. La Suisse voit s’échapper des recettes fiscales, qui bénéficient à d’autres pays. La réforme de l’impôt anticipé décidée par le Conseil fédéral et le Parlement permettrait de rapatrier ces recettes fiscales. Elle supprimera l'impôt anticipé sur les nouvelles obligations. Le texte sera soumis en votation le 25 septembre 2022.

Un rapport de 190 contre 1, c’est le retard actuel du marché obligataire suisse par rapport à celui du Luxembourg. La raison en est simple: l’impôt anticipé de 35% prélevé sur les intérêts pénalise la Suisse et fait fuir des transactions et donc des recettes fiscales à l’étranger. Les pouvoirs publics paient en outre des intérêts passifs trop élevés, se chiffrant en millions de francs. Les contribuables suisses en font les frais!

La solution proposée est bloquée par un référendum de gauche

Le Conseil fédéral et le Parlement ont identifié ce problème, dont la Suisse est seule responsable, et ont adopté rapidement une solution efficace: ils proposent de supprimer partiellement l’impôt anticipé sur les intérêts. L’UDC, le PLR, le Centre et les Vert’libéraux souhaitent renforcer la Suisse et rapatrier des recettes fiscales. Une fois de plus, la gauche et les syndicats bloquent une réforme pour des raisons idéologiques. Le peuple aura donc le dernier mot sur ce projet important le 25 septembre 2022.