image/svg+xml

Arguments

Non aux nouveaux impôts

Les Jeunes socialistes lancent une nouvelle offensive pour augmenter les impôts. Ils réclament des hausses d’impôt et une nouvelle taxe sur les revenus du capital dont ils espèrent 8 milliards de francs de recettes supplémentaires. La nouvelle taxe frapperait des revenus du capital dès le premier franc. Pire : au-delà d’un certain seuil – encore à déterminer – les revenus devraient être imposés à 150% ; ainsi, les Jeunes socialistes veulent ajouter des revenus fictifs aux revenus réels pour taxer plus lourdement les contribuables. L’initiative est par ailleurs très floue sur bien des points. Les citoyens ne savent donc pas s’ils seront concernés, ni ce qui serait fait de leur argent.

L’initiative touche beaucoup de monde

La rhétorique des Jeunes socialistes est celle de la lutte des classes. C’est simple et émotionnel : il faut faire payer les riches. Mais attention aux mauvaises surprises. Si une personne a investi un peu d’argent, si elle est propriétaire d’un appartement, d’une maison, ou d’une exploitation agricole, si une personne dirige une entreprise ou investit dans des sociétés innovantes (start-up), elle se retrouvera prise au piège tendu par l’initiative. Avec ce texte, les gains en capital seront imposés dès le premier franc ! Le débat sur le montant-seuil est donc trompeur, car il n’y a pas de franchise en-dessous. L’initiative ne touchera donc pas seulement le 1% des personnes les plus riches, mais aussi la classe moyenne.

Taxer encore plus ne nous fera pas sortir de la crise

Les entreprises familiales et les PME suisses, dont certaines ont été durement touchées par la pandémie, sont particulièrement concernées par cette nouvelle taxe. Après les dizaines de milliards de francs mis à disposition par la Confédération et les cantons pour les aider à passer le cap de la crise, il serait absurde de les faire passer à la caisse pour des impôts supplémentaires.

L’initiative rendrait aussi la transmission des entreprises familiales à la génération suivante beaucoup plus difficile et risquée. La hausse des impôts priverait l’entreprise des fonds dont elle a besoin pour investir et innover. En vidant l’entreprise de son capital, l’initiative forcerait la nouvelle génération devrait s’endetter davantage

image/svg+xml

Restez informés et contribuez à soutenir la campagne!

Vous aussi pouvez aider!

Comité
Je suis intéressé par un webinaire
S’abonner à la newsletter
J'accepte d'être tenu informé par courrier électronique des campagnes et des événements politiques en cours, des événements prévus, des autres actions participatives et des nouvelles, et que mes données puissent être traitées à cette fin. Plus de détails dans notre politique de confidentialité. *