Une réforme mesurée

A l'avenir, seules les nouvelles obligations suisses seront exonérées de l'impôt anticipé. Cela limitera à peu de choses le manque à gagner fiscal initial, car d’autre part rien ne changera en ce qui concerne les dividendes, qui procurent à la Confédération des milliards de francs de recettes. Le rapport coûts/bénéfices de la réforme est extrêmement intéressants. Les coûts à court terme sont faibles et les avantages pour l'économie sont importants.